Faire naître l’émotion, la clé d’un événement d’entreprise réussi ?

27/07/2018

Article réalisé par Vincent Mussard

Au cours de sa carrière, un cadre dans une grande entreprise participera à 50 à 100 événements professionnels. Mais combien auront vraiment une utilité ? Combien lui laisseront un souvenir marquant ?

En l’absence de statistiques sur le sujet, tentons une estimation : 1 sur 10 paraît déjà très optimiste.

Pourquoi ? Et surtout, comment faire mieux ?

Pour commencer, quelques astuces pour être sûr de bien passer à côté de son événement

Si vous tenez à organiser un événement banal qui sera oublié sitôt consommé, et qui avec un peu de chance pourrait même virer à la catastrophe, voici la recette à appliquer :

-ne pas définir d’objectif pour son événement ;

-désigner des organisateurs internes vivant ce projet comme une contrainte ;

-ne se concentrer que sur les basiques : le lieu, la logistique, l’intervenant, le cocktail de clôture…

-chercher à en mettre plein la vue ;

-penser que les détails sont du domaine du superflu ;

-ne pas organiser de répétition.

Quand on considère les budgets en jeu, le sujet mérite pourtant d’être approfondi

Le marché du « tourisme d’affaires de groupes », en anglais dit « MICE » (Meetings, Incentives, Conventions, Events) a représenté en 2016 environ 8,07 milliards d’euros en France, selon l’étude annuelle réalisée par Coach Omnium.

Laissons-nous aller à une comparaison avec les événements de la vie privée. Combien de réunions de famille ou de mariages peuvent paraître interminables et ne laissent pas de souvenir impérissable alors qu’on y mange très bien, qu’on est réuni dans un beau lieu et qu’on est en outre entouré de personnes qu’on est censé apprécier ? Tous les ingrédients devraient être réunis pour passer un bon moment. Et pourtant…

De quoi se rappelle-t-on lors d’un mariage ?

Du contenu de l’assiette ? Très rarement. De la qualité des vins ? Sauf exception. De la salle ? En général, elle impressionne davantage les mariés que les convives. Des animations de cousin Juju ou de tata Hélène ? Joker… On se rappellera plus volontiers du détail fâcheux : la robe de la mariée qui se déchire, la dispute entre les parents, le barnum emporté par le vent…

Mais que reste-t-il alors ? Généralement, un souvenir diffus.

Et puis, parfois, un mariage (sur dix ? sur vingt ?) nous laisse un vrai souvenir.

 La clé d’un événement qui marque

Pourquoi un événement privé ou professionnel va-t-il laisser une impression durable ?

Parce que les mariés, ou les organisateurs, ont considéré que ce n’était pas uniquement un moment pour eux mais ont su créer du lien avec leurs convives et entre ces derniers. Et de ce lien naît une émotion. Voilà bien la clé. Dans notre société de consommation à outrance, nous aspirons à ne pas être que des consommateurs en matière d’événements mais à y jouer un rôle et à nous sentir impliqués, y compris émotionnellement.

Or qu’est-ce qui permet de créer une émotion dans un contexte professionnel ou personnel ? Pas une fontaine de champagne de quinze étages ni un feu d’artifice de 30 minutes. Pas plus qu’une arrivée en voiture de luxe ou qu’un cocktail luxueux d’après conférence.

Une autre recette à essayer

Parfois cela se joue à peu de choses mais voici quelques clés pour un événement professionnel réussi :

-avoir précisément défini ses objectifs : motiver ? ressouder ? former ? informer ?

-donner du sens : l’événement ne doit pas être en décalage avec les valeurs de l’entreprise mais doit apporter un supplément d’âme ;

-générer de l’interaction entre êtres humains ;

-leur donner le sentiment d’être considéré ;

-être généreux : sortir du côté technique et logistique et chercher à créer un moment de rencontre ;

-accepter de sortir et de faire sortir de sa zone de confort : le bénéfice en sera toujours grand car cela est si rare qu’une émotion forte en découlera.

Un événement organisé sans prendre en considération ces éléments n’aura peut-être pas plus d’impact qu’un bon repas d’équipe au restaurant. A quoi bon tous ces efforts et cet argent dépensé alors ?

L’événement réussi, lui, contribuera au bien-être du salarié en agissant sur son sentiment d’appartenance, sa motivation, son investissement et au final sa performance.

En synthèse

Le budget n’est donc pas le critère décisif, même si comme toujours la qualité a un prix. Si vous organisez un événement, commencez par définir vos objectifs puis trouvez un moyen de créer du lien et de générer une émotion. Et si vous n’avez pas le temps ou manquez d’idée, trouvez l’agence qui saura le faire en comprenant vos besoins et votre intention.

Dans une société paradoxalement axée sur la consommation tout en étant en quête de sens, ne faites pas de vos événements corporatifs un moment de consommation supplémentaire mais assurez-vous qu’ils soient des vecteurs de sens et de rencontre, cela permettra à vos invités de se les approprier.

Alors seulement vos événements joueront un rôle dans la vie des collaborateurs de votre entreprise.

Vincent Mussard

Cofondateur et CEO de Coachmehappy