Le changement ou l’art d’apprécier son inconfort ?

14/11/2019

Je suis Tiffanie, co-fondatrice de Coach Me Happy, ancienne sportive de haut-niveau et coach en sport/santé. Il y a quelques jours, je confiais un terrible secret à mon réseau Linkedin.

« Je suis dépendante à la cigarette. »

Et pourtant, qui l’eut cru ? Difficile de l’admettre venant d’une professionnelle qui prône le bien-être et l’hygiène de vie. Moi qui cultive la force mentale, je me suis longtemps demandé pourquoi je n’avais encore jamais trouvé le courage nécessaire pour me soustraire à cette addiction. Tous les prétextes étaient bons pour me justifier : rythme de vie effréné, pression professionnelle, besoin de “respirer” (oui, quelle contradiction !), …

J’ai réalisé que ce changement induisait en fait son lot de contrariétés. Comment trouver la motivation ? Comment pallier au manque ? Et si l’arrêt de la cigarette me rendait désagréable, irritable ?

Autant de questions jusqu’alors restées en suspens mais auxquelles je ne souhaitais pas vraiment me confronter.

Et puis, j’ai sauté le pas. J’ai accepté de me faire coacher par Vincent Pellaumail, le coach anti-tabac de Coach me Happy, qui travaille régulièrement pour nous en entreprise.

Quel fut le résultat ? Au-delà de mes espérances et pas uniquement par rapport à la cigarette. Car ce changement m’a fait engager une réflexion qui dépasse le problème de l’addiction au tabac… Le changement nous pousse à sortir de notre zone de confort. Rien ne laisse penser que cette fameuse zone soit bénéfique pour nous mais c’est en tout cas un endroit qui rassure. Sauter dans l’inconnu demande toujours un peu de courage. Et si cela en valait le coup ? Et aussi surprenant que cela puisse paraître, l’entreprise peut être un partenaire idéal pour nous guider dans nos challenges quotidiens.

Mais avant cela, il est essentiel de comprendre les mécanismes qui nous font tant redouter le Changement

Les freins au changement:

Dans l’inconscient collectif, le changement s’apparente à une transformation radicale. Pour changer, il faudrait donc repartir de zéro, tout gommer et tout recommencer. La tâche nous semble alors fastidieuse, voire insurmontable. L’obstacle semble si énorme que le découragement nous gagne et c’est la raison pour laquelle le “Changement” en terrorise plus d’un. L’écueil le plus fréquent est d’abord de considérer la tâche dans son ensemble et non par étapes. Ainsi, nous nous fixons “la barre trop haut”. Prenons l’exemple d’une course d’endurance. Si vous n’avez pas pratiqué d’activité physique depuis de longues années, il serait idiot de se lancer dans un marathon. Cela va demander un entraînement régulier et une progression par paliers. Vous pourrez alors constater vos efforts au fil de vos performances. Vous remotivant ainsi à persévérer vers de nouveaux records ! C’est le cercle vertueux de la motivation.

Il n’est pas rare également que la crainte du changement soit l’expression d’une peur d’échouer. Lorsque la confiance en soi est altérée, les mantras négatifs ont la part belle : “je n’y arriverai pas”, “je ne suis pas assez fort(e)”, “de toute façon, je finis toujours par laisser tomber”, … Alors, je préfère ne pas m’engager plutôt que de donner une mauvaise image de moi (à moi-même ou aux autres).

Accepter le changement suppose trois conditions :

La situation actuelle n’est plus vivable,

• Les perspectives futures semblent plus enviables,

• Je décide de changer pour moi, pas pour les autres

Craindre le changement, c’est craindre l’inconnu et craindre de perdre ses repères. En réalité, quel que soit le changement souhaité, il ne s’agit pas de faire table rase mais de repartir sur des bases plus saines ! Le changement n’est pas un renoncement mais un second souffle.

Comment l’entreprise peut-elle aider à changer ses habitudes ? 

Les frontières entre vie personnelle et vie professionnelle sont de plus en plus poreuses. Certaines entreprises n’hésitent pas à se positionner aujourd’hui comme un lieu d’épanouissement pour leurs salariés. J’ai l’intime conviction qu’elles peuvent aussi jouer un rôle décisif dans leur santé. Par exemple en proposant des séances de sport en entreprise, des sensibilisations à la nutrition, à la gestion du stress ou du sommeil, des diagnostics santé. Ou un coaching anti-tabac

L’entreprise qui choisit d’accompagner ses collaborateurs dans cette démarche a tout à y gagner : un salarié en meilleur santé et plus épanoui professionnellement est un salarié plus performant, plus productif. Un pacte de confiance se crée.

Lorsque chez Coach Me Happy, nous mettons en place ce type de séances, les retours des salariés vont souvent dans le même sens : « Je n’imaginais pas que mon entreprise puisse avoir un impact aussi positif sur ma vie personnelle. » Et c’est ainsi que se créé le cercle vertueux de la QVG (Qualité de Vie Globale).

Oui, je suis coach sport/santé. Oui, j’étais dépendante à la cigarette. Mais, grâce à ma propre société, j’ai retrouvé un second souffle.

Vous aussi vous souhaitez impulser du changement dans votre entreprise ? C’est juste ici!

Tiffanie Gueret-Laferte, co-fondatrice de Coach Me Happy,